Archive for janvier 2011

Simon

janvier 31, 2011

Simon a 24 ans et je l’ai pris en photo peu avant de rencontrer Mohamed. Nous sommes à la station Jaurès et Simon qui vient d’emménager dans le quartier rentre chez lui. Juste avant, il a aidé sa meilleure amie à reprendre ses esprits et manger un petit truc avant de rentrer chez elle, elle était sacrément pompette et a dit à un serveur du mc do qu’il ressemblait à un Chipmunk. Simon sortait du travail et n’avait pas du tout imaginé les choses ainsi, mais l’amitié primant sur tout le reste il n’a pas hésité deux secondes, surtout que voir sa pote beugler des pitreries après 3 verres de blanc ce n’est pas tout les jours que ça arrive ! Simon travaille, ça c’est sûr, dans quoi, je n’ai pas bien compris, on va donc résumer ainsi, il s’occupe d’organiser des évènements et des conférences dans le domaine du lobbying social européen. En gros, en récompense de son dur labeur, non seulement il milite pour un monde meilleur mais en plus il mange des supers bons buffets. Quand il ne travaille pas, il rejoint sa bande pour faire la fête, boire des verres, aller au ciné, refaire le monde ou danser jusqu’à pas d’heure. Il connait la plupart d’entre eux depuis l’école primaire et même s’ils font tous des métiers différents, ils ne manquent pas de se retrouver le week end (ou la semaine voir plus haut). Un jour en prenant le métro, Simon a assisté à une scène digne d’une comédie à l’américaine, pendant les manifestations étudiantes anti CPE, deux personnes ont commencé à débattre dans la rame, petit à petit, d’autres personnes se sont mêlées à la conversation et au fur et à mesure, toute la rame a commencé à s’interpeller, s’enflammer, hurler son opinion d’un bout à l’autre, devant un Simon muet d’étonnement ! Enfin pour finir, Simon a un message aux usagers du métro, quand il y a du monde, levez vous des strapontins à moins que vous soyez invalides, enceinte, grabataire, un petit geste pour que le trajet se passe mieux c’est pas compliqué ! Merci Simon !

Ps: Bon voilà c’est fait, j’ai encore la grippe, mais aussi c’est quoi ce temps de goulag? Pourquoi on est puni comme ça? Qu’est ce qu’on a fait de très très vilain?

Mohamed

janvier 27, 2011

Ce n’est pas la première fois que je croise Mohamed, « Mohav » de son nom d’artiste, dans le métro. Depuis le début de ce blog je m’étais fixé pour règle de ne pas aborder les personnes qui font de la musique ou des spectacles dans le métro. Je me disais que c’était leur faire perdre du temps et quelques précieux euros. Seulement, à chaque fois que j’entends Mohamed chanter, j’ai les larmes aux yeux. Quand sa voix s’élève sur la ligne 2, que son clavier l’accompagne je regarde autour de moi et je vois bien que les gens sont bouleversés, ils relèvent la tête, on sent qu’ils aimeraient faire plus que lui tendre une pièce, d’ailleurs j’ai déjà vu des gens lui adresser la parole pour le féliciter. Mohamed chante ses compositions et des chansons traditionnelles arabes. Il vient d’Algérie, de Tlecem et depuis qu’il est enfant, les notes ont remplacés les couleurs et les formes qu’il ne voit pas bien. Tout seul, il a appris à jouer du synthé et du matin au soir il fredonnait. Depuis qu’il est à Paris, il chante souvent à Belleville, au Zorba, il a même déjà chanté au Nouveau Casino. Aujourd’hui une maison de disque l’a approché, « Haut de Gamme », elle avait besoin d’une voix pour accompagner une chanteuse, malheureusement la chanteuse n’est pas devenue son amoureuse comme dans les films, pas grave il reste la musique. Sur le quai de la ligne 2, quelque part entre Jaurès et Nation, je ne sais plus, Mohamed est devenu Mohav et m’a fait un cadeau, sa nouvelle composition. On devait être 4 peut être même 5, de l’autre côté du quai, un homme a levé le pouce en l’air et applaudi, on avait tous les larmes aux yeux c’est un peu idiot de dire ça, mais le temps s’est arrêté. Des concerts, j’en ai vu et des émotions musicales, j’en ai eu mais là c’était tout autre chose, parce que Mohav qui ne m’avait pas beaucoup parlé jusqu’à ce moment était en train, avec ses notes et ses mélodies, de me dire beaucoup de choses. Les forces de l’ordre sont arrivées un peu vers la fin, j’ai cru qu’ils allaient venir nous contrôler, stupide idée que de croire que le monde est divisé en deux, ils connaissaient Mohamed, sont venus le saluer à la fin, se moquer un peu de lui parce que je le prenais en photo « ça y est tu es une star ». Il est reparti prendre le métro dans l’autre sens, et moi j’ai eu un peu l’impression d’avoir rêvé. Merci Mohamed !

Ps: Ce portrait s’adresse aussi à tout ceux qui continuent à me reprocher de faire trop de portraits de personnes issues de l’immigration. Puisse t-elles comprendre que dans mes portraits, je me moque bien des quotas, de l’équilibre, de la parité, de représenter qui ou quoique ce soit. Quand on vit les rencontres comme je le fais si on est pas au delà de tout ça, autant arrêter tout de suite.

Yoel

janvier 24, 2011

Approchez, approchez mesdames et messieurs, n’ayez crainte, laissez vous tenter, approchez, approchez, venez découvrir en exclusivité pour le cabaret l’inconnu du métro, l’étrange, le mystérieux le talentueux que dis je, le David Copperfield, l’unique: Yoel le magicien ! Attention ceci étant dit, d’après ses dires, il a beau avoir des pouvoirs, en photo il a une tête de rat mort. Le rat mort, donc est un prestidigitateur de talent, qui exerce son art tout les week-ends au restaurant le « sous rire » vers Châtelet les Halles. Pour le plus grand plaisir de ses admirateurs, il passe de table en table et fait disparaître, réapparaître, renaître et mourir une multitude de choses pendant que votre oncle Roger ne cesse de répéter, « Ya un truc maman, je te dis que ya un truc ». Bon Yoel n’a que 23 ans et le Sous Rire, ce n’est pas non plus Las Vegas alors en attendant d’être un magicien renommé, il est conseiller en stratégie de communication, pas mal non plus, surtout le travail d’équipe. Dans le métro Yoel aime bien aider les gens qui font la manche, il se lève fait quelques tours de magie, récolte de l’argent et leur donne le butin, et puis? Et puis il disparaît dans un nuage de fumée bien sûr ! Sinon quand il ne travaille ni ne se produit, il dessine, fait du sport ou écoute un peu de musique, comme Neon John Mayer. Il aimerait bien, pour 2011 que les gens se sourient un peu plus. Avant de partir, il prend une pièce en argent dans sa main, me la passe sous les yeux, et avant que je n’ai le temps de dire quoique ce soit, la fait disparaître, lève les yeux au ciel et part comme il est venu. « Ya un truc manman, ya un truc ! » Merci Yoel !

Rémi

janvier 19, 2011

Rémi a exactement 4 stations de métro à m’accorder parce qu’il est fatigué, qu’on l’attend pour dîner et qu’ensuite c’est avec joie et bonheur qu’il plongera sous sa couette avant que le réveil ne sonne beaucoup, beaucoup trop tôt. Déjà que je l’arrache à la lecture de son bouquin… Cela dit il me confie que ce n’est pas un chef d’oeuvre et qu’il a connu mieux mais que c’est divertissant, il s’agit de Jean Echenoz et du roman qui lui a valu le prix Goncourt: « Je m’en vais ». Je crois que le seul Goncourt que j’ai lu était assez violent mais très très beau c’était « Syngué Sabour, pierre de patience » de Atiq Rahimi. Bref je n’ai pas eu le temps d’y penser en quatre stations, mais je peux vous dire un tas d’autres choses. Rémi est peintre, il peint sur toile, papier, bois et fait aussi de la gravure. Il a un boulot qu’il juge « alimentaire » au ministère de la culture. Oh et puis il a 53 ans et il peint depuis qu’il est tout jeune. Quand il prend le métro, il emporte ses carnets de croquis et dessine, pas forcément les gens mais ce qui lui passe par la tête, seulement souvent les gens se sentent visés, envahis, ou simplement intrigués par ce qu’il dessine. Pour une fois c’est moi du coup qui vous propose deux messages, le premier c’est que si vous voyez Rémi dans le métro un crayon à la main prenez donc l’air inspiré, essayez d’avoir l’air beau et intelligent, ok ? Le deuxième, allez donc faire un tour sur son site http://remichampseit.free.fr/ ! Merci Rémi !

Ps: Merci pour tout vos commentaires sur l’instant volé #7 ! Je fais de belles découvertes !

Fatoumata

janvier 18, 2011

Au début, Fatoumata a beaucoup ri avant d’accepter de se prêter au jeu du portrait. Nous avons forcé un homme à aller chercher sous son siège un exemplaire tout sale du métro du jour pour qu’elle puisse voir que je ne suis pas trop folle à lier. Fatoumata a 18 ans et est inscrite en Bac Pro Tourisme dans une école parisienne. Au début, elle voulait devenir agent d’escale, mais depuis quelques temps, elle se verrait bien organiser des mariages, peut être sur le thème du voyage. Tout les jours, elle prend le métro et bien trop souvent son regard croise celui des fous, elle fait bien attention à se protéger et à éviter les embrouilles, mais c’est fatiguant d’avoir peur. Quand elle ne va pas en cours, elle fait du shopping, va au ciné, sort avec ses copines. Elle va faire les soldes samedi prochain et vu tout ce qu’elle a repéré ça risque de faire très mal ! La dernière fois qu’elle a été au ciné, c’était pour voir un film d’horreur, chose qu’elle ne fait ni seule, ni le soir mais bien calé dans son fauteuil, pop corn à la main et de préférence dans une salle pleine ! Quand à ces amours, si vous lui posez la question vous vous verrez répondre un « c’est compliqué les garçons » auquel je ne peux que me joindre même si qu’on se rassure les filles aussi ! Sinon Fatoumata a un très joli message à faire passer puisqu’il me concerne (héhé) « Le jour ou ce projet sort en livre, achetez le, c’est vraiment intéressant ! » Merci Fatoumata!

Instant volé #7

janvier 17, 2011

Je suis tombée sur cette photo que j’ai prise il y a longtemps en faisant du tri dans mes dossiers. J’ai eu envie de la partager avec vous parce qu’elle me questionne: à votre avis, une photo floue peut elle être réussie? Quand mes portraits sont flous je suis vraiment déçue et fachée, mais n’y a t-il pas comme un petit moment de grâce qui sort de cette photo? J’aime le fait que la silhouette se détache de ce décor sinistre d’un bowling de banlieue parisienne, elle lui donne un cachet insoupçonné. Suis je à côté de la plaque ? J’aime de plus en plus observer et analyser les photos, d’ailleurs si vous avez des photographes à me conseiller n’hésitez pas ! A mercredi dans le métro !

Marc

janvier 13, 2011

Non je ne fais pas une thématique chapeau. Il se trouve que pendant que je parlais à Valentine, Marc s’est assis à côté de nous et s’est joint à notre conversation, il nous a expliqué que la vie d’artiste n’est pas facile, a ri avec nous, et surtout il a souhaité bonne chance à Valentine quand elle a quitté la rame. Et c’est là que je me suis entendu lui dire « Bon ben à vous maintenant », et je l’ai entendu me répondre « et ben ok allons y ». Je vais peut être me mettre à faire des portraits à la chaîne, toute la journée: j’embauche du personnel, on devient une méga succursale, on rachète carrefour, on délocalise, les textes ne dépassent plus 3 lignes et le temps de paroles est entrecoupé de pubs, hein qu’est ce que vous en dites? En attendant Marc a fermé son bouquin de Louise Erdrich « Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse ». Dans les années 70, Marc a vu Little Big Man et Blueberry, comme tout les cool kids il voulait être un Cheyenne, il s’est pris de passion pour la culture amérindienne. Il est allé au Canada, sur leurs traces et c’est lors de ce voyage et à travers ses lectures qu’il a compris que pour qu’un occidental comprenne la culture amérindienne il faut qu’il vieillisse, qu’il mûrisse, qu’il s’apaise. Sinon Marc est enquêteur à l’INSEE. Quel rapport alors avec la vie d’artiste? Pfff Rock ‘n’roll baby ! Toujours dans les années 70, en 76 plus précisément, il a « commis » un 33 tours avec son groupe « The Wealth Fango », il était batteur. Par la suite, il a été pendant de longues années intermittent du spectacle, ah et puis bientôt il va sortir un guide sur … les terrains de golf en France. Ca y est vous êtes perdus, vous vous dites que j’ai fondu les plombs, que j’ai lâché le Pédalo, et bien non, laissez moi juste reprendre un peu avant les années 70, le groupe de rock, le 33 tour et la batterie. Petit, Marc a eu un accident qui lui a fait perdre la quasi totalité des capacités de son oeil droit. Du coup, fini le sport, le vélo à fond dans les pentes, les parties de baston bien senties avec les copains. Un jour il voit un jeune descendre du train avec un drôle de bagage, intrigué, il lui demande ou il va, le type est un golfeur, il le laisse essayer et Marc a un vrai coup de foudre. Lorsqu’il était régisseur pour l’émission de Jacques Martin au théâtre du soleil, quand venait le mercredi jour d’enregistrement, il partait toute la matinée jouer, pour arriver détendu, prêt à se faire engueuler par le présentateur toute la journée. Pour son livre, il a recensé pas loin de 700 parcours de golf en France. Souhaitons lui bonne chance, et oublions les apparences, le golf n’est pas nécessairement un sport de riche, juste un sport de gentleman. C’est pourquoi pour finir, Marc nous dit: « Quels que soient vos moyens financiers, débrouillez vous pour vivre vos rêves ! » Merci Marc !

Valentine

janvier 12, 2011

Hier, je n’avais pas envie de parler aux gens. C’est parfois un réel effort que de s’adresser à de parfaits inconnus, disons qu’il faut avoir l’envie, être mentalement disponible. J’étais donc en train de me morfondre et de ma plaindre, quand j’ai vu débarquer Valentine comme une bourrasque sur le quai. Son chapeau, son manteau moutarde, je l’ai vu de dos comme d’habitude, difficile de lui donner un âge. En tout cas, je l’avais « repéré » ! Valentine se rend à un casting vers Issy les Moulineaux, il s’agit d’une pub. Elle est comédienne, étudie dans un conservatoire d’arrondissement et s’apprête bientôt à tenter l’entrée au conservatoire de Paris. Elle était toute petite lorsqu’elle a eu le déclic. Elle assistait à une pièce de théâtre, elle a vu une jeune comédienne et elle s’est dit « plus tard je serais comme elle ». Finalement, au lycée c’est au droit qu’elle se destinait pour devenir avocate, alors acte manqué ou pas, elle a choisi l’option art dramatique, se disant que dans son futur métier ça pourrait servir ! Inspirée par la carrière de Kate Winslet ou Juliette Binoche, elle enchaîne les castings, lit beaucoup, et travaille d’arrache pied en se construisant un petit réseau. Vous l’avez peut-être vu dans une pub pour la marque de téléphone Orange. Quand je l’ai abordé, elle écoutant du jazz, Ella Fitzgerald, a fine romance. Elle se souvient d’une fois ou dans le métro un homme la fixait, elle le regardait avec tout le mépris dont elle était capable, sauf qu’en fait tout les boutons de son pull s’étaient ouverts… L’homme essayait juste de la prévenir sans oser lui parler. Ils ont fini par en rire… Je lance donc un appel à tout les directeurs de casting, réalisateurs, metteurs en scènes, acteurs, actrices, chercheurs de muse de France et de Navarre, voici Valentine, si vous voulez la rencontrer et lui offrir le rôle de sa vie, faites moi signe ! Merci Valentine !

Abel

janvier 10, 2011

Abel a 23 ans et aujourd’hui il photographie des escaliers. Toutes sortes d’escaliers, de chez lui à Nation ou il descend pour se rendre à son école de graphisme Marie Zélon sauf que je n’ai pas du tout bien comprendre parce que je n’ai pas trouvé l’école en question sur internet. Bref, Abel doit rendre son devoir aujourd’hui, il s’y prend un peu à la dernière minute mais reconnaît qu’il a déjà eu des sujets plus inspirants. Alors à votre avis, à quoi se destine Abel ? Photo ? Graphisme ? Vidéo ? Officier de l’armée de terre ? Oui voilà vous avez trouvé, c’est tout à fait courant de faire une école de graphisme pour devenir officier de l’armée de terre ! En réalité, Abel est chasseur alpin, dès l’obtention de son bac il est parti en formation à Chambéry, seulement voilà, pour devenir officier, il faut au moins bac + 4 et Abel voulait reprendre des études qui lui plaisent. Je suis assez admirative des parcours atypique, et je trouve fantastique qu’un jour ce jeune homme qui aura passé sa journée à photographier des marches dirigeraune tripoté de jeunes soldats ! Abel ne vient pas du tout d’une famille de militaire mais il se trouve que son frère s’est aussi engagé dans l’armée, au grand dam de ses parents qui préféreraient les voir dans une branche moins dangereuse. Vous voulez voir Abel déguisé en fermier dans le métro? Il faudra que je lui demande le lien, apparemment un soir de fête, il était déguisé en fermier dans le métro avec la bande de son école, un photographe nommé Frederic Lechallier les a pris en photo et a intitulé le shooting: « rencontre du 3ème type ». Tout en écoutant The Glitch Mob dans son casque, il nous souhaite de bien en profiter cette année ! Merci Abel !

C’est rudement difficile !

janvier 5, 2011

Bon alors déjà ce sera un top 10, et encore, j’ai failli vous en mettre 20, et puis toutes les rencontres ont été importantes, drôles, légères, boulversante etc etc etc … Mais bon j’ai lancé un jeu alors voilà :

10 – Pierre qui ressemble si étrangement à mon arrière grand père, vietnamien (!)

09 – Olivier et Kim Charly, la première fois ou je me suis rendu compte du pouvoir d’une photo »

08 – Jalliamai, c’était un moment très intense, elle ne me lachait pas du regard, je me sentais très gauche, petite.

07 – Hocine, j’ai tellement ri, j’avais l’impression d’être avec Jamel Debouze dans un corps âgé !

06 – Spiderman Junior, si vous n’avez pas le moral, regardez cette photo, et reprenez confiance !

05 – Nikita ! Impossible d’oublier ce jeune homme, son allure, son originalité, cet anticonformisme absolu et non recherché ! Quelle classe !

04 – Danielle, ma première rencontre avec un « personnage », j’avais l’impression de parler avec une lady à l’heure du thé, je me souviens que je me tenais très droite !

03 – Enzo qui a fait rire tout un wagon à Marseille, qui se prenait déjà pour un homme sérieux.

02 – Ignace, une rencontre indescriptible et ma première angoisse à l’idée de ne pas être à la hauteur de l’échange !

01 – Joseph, qui connait mon vrai prénom et m’a envoyé un « courrier electronique » pour ma fête, Joseph qui mériterait une biographie digne de ce nom, Joseph qui malgré le froid et la fatigue m’a accordé une demie heure sur un bout de quai glacial, joseph si jeune au fond !

Voilà pour 2010 ! et encore il n’y avait que 9 mois ! Vous imaginez l’année prochaine ?


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 400 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :