Vincent

octobre 28, 2011

Comment revenir après des mois d’absence ? Je suis partie en Corse pleine d’idées et pleine d’envies et je suis revenue avec la même sensation que le jour ou votre professeur de français à décidé de ramasser les rédactions à faire à la maison pour la rentrée. Dès lors plusieurs solutions s’offrent à vous:
- Avouer: simple, pro, honnête, fait de vous une personne de confiance prête à assumer: « je n’avais plus envie, j’ai passé mes vacances entre une plage et un terrain de pétanque et ces deux derniers mois à hésiter entre l’achat d’un mouche bébé et l’envie de fuir en Laponie ».

- Susciter l’empathie: « Mon mari me bat depuis qu’il a perdu son emploi à cause de la crise grecque et qu’il a découvert l’Ouzo »

- Oser l’énorme: au mieux ça passe, au pire ça passe: « Mon appareil est tombé malade », « Mon blog a été fermé par un groupuscule moscovite d’obédience raphaélite, on nous observe, je suis sur écoute, oubliez moi ».
– Provoquer: « Ce blog est devenu un peu petit pour moi maintenant, j’ai des projets en Islande avec une galerie qui m’a proposé une série de portraits de toboggans, je me suis rendue compte que c’était ça ma vocation, ça et la chanson, je prépare un album ».

Ou tout simplement attendre un peu que l’envie revienne, de se réapproprier le projet… C’est une belle aventure un blog surtout quand on vous fait plein de chouettes propositions et que vous avez plein de lecteurs, mais il ne faudrait pas perdre de vue qu’au début on l’a fait pour rencontrer Vincent et les autres, les écouter vous raconter un peu d’eux même et le partager avec qui le veut bien, à commencer par soi même !

Vincent, donc, que je rencontre gare de l’Est, 20 minutes avant qu’il rejoigne son train de banlieue qui l’emmènera à 30 kilomètres de Paris chez lui, les bras chargés de ses nouvelles trouvailles. Il y a un an et demi, Vincent travaillait dans l’imprimerie. Au cours d’une conversation, par relation en tout cas, il entend parler de peintures écologiques. Sensible à la question de l’environnement, mais complètement ignorant de cet univers, il se renseigne, s’instruit, découvre que le monde est en train de tourner lentement mais sûrement à l’envers et que certains produits, simples mais révolutionnaires, tendent à améliorer notre quotidien de manière notable. Vincent décide alors de se mettre à la vente de ces fameuses peintures écologiques, il me fait l’éloge du produit : elles ont un très beau rendu, coûtent à peine plus cher que celles qu’on trouve dans les grandes enseignes, voire parfois moins car le packaging est intelligent et n’engendre aucun problème respiratoire. Sauf que, niaise que je suis, j’ai du mal à écouter Vincent parce qu’il me fait penser… à Lionel Jospin, ou à un personnage de BD, je ne sais pas, je cherche, je me déconcentre et reprends le fil, à temps pour découvrir que quand il ne travaille pas, Lionel, euh pardon, Vincent bricole, et compose des paroles de chansons. Chaque jour, il prend le métro avec un petit faible pour les lignes du métro aérien, surtout la ligne 6. Merci Vincent !

Merci !

août 11, 2011

Merci beaucoup pour vos commentaires, encouragements et félicitations ! C’est touchant, c’est une belle aventure que d’avoir des lecteurs, un projet, des idées à partager.

Je reviens très vite avec de nouveaux portraits, en attendant, je file en Corse, si vous n’avez pas eu le temps, allez faire un tour sur parlezavecvosimages.com l’occasion de découvrir de nouveaux inconnus du métro qui eux aussi méritent un peu d’attention n’est ce pas? Et d’ailleurs, vous pouvez toujours faire vos commentaires ici !

Maintenant, je file en Corse, il y a un petit train à Ile Rousse qui me parait prometteur, et pourquoi pas un portrait en bateau? En bouée? L’année dernière, souvenez vous des kékés de la plage hihi ! Avez vous déjà parlé plus de deux minutes avec le famous vendeur de beignet? Ou comme moi vous vous êtes contenté d’attendre une distance raisonnable entre lui et votre serviette pour ne pas donner l’impression de bondir tel le guepard sur sa proie dès qu’il apparait? Et l’animateur du club Mickey hein, vous avez pensé à lui? Qui veut surveiller 30 chiards hurlant pour le même « fun trampo » sous un soleil de plomb? Ha ! Oublions le métro, les travaux sur le RER A, la ligne 1 fermée le dimanche matin depuis un an, la 4 qui n’en finit pas de construire… Si vous voyez une hystérique en train de tricher en douce à la pétanque du côté de Solenzara ou Ile Rousse, c’est moi !

Let’s go ! Merci à vous encore !

Daniel

juillet 29, 2011

Au milieu des jeunes adolescentes en vacances et des touristes armés de leurs casquettes, k-ways et sacs à dos, Daniel tranche dans le décor ambiant, comme une piqûre de rappel qui en plein milieu de la trêve estivale vient raviver le souvenir de notre quotidien. A 43 ans, après 17 ans passé à exercer le métier d’ingénieur informaticien, Daniel a décidé de monter sa start-up. Le voilà donc entrepreneur, lui et son associé sont à la tête d’une plate forme internet nommée « copropriété en ligne« . Le site propose à ses clients une meilleure gestion de la copropriété et un meilleur échange entre les copropriétaires et les syndics à travers des conseils parfois gratuits (un avocat peut répondre à vos questions). On peut aussi s’informer sur les meilleurs conditions pour préparer la mise au vert de sa copropriété (rendue obligatoire depuis le Grenelle de l’environnement). A entendre Daniel, si investi, sérieux et élégant dans son costume sombre, qui pourrait croire que le dernier film qu’il a vu dernièrement pour faire plaisir à ses enfants n’est autre que « Transformers »? « Oui je sais, pas très reluisant » me sourit il. Qui pourrait se douter également que Daniel a fui le Cambodge avec sa famille à l’âge de 9 ans et a erré sur les routes pendant 2 mois avant d’atteindre, enfin, le Vietnam, puis la France il y a maintenant 32 ans? L’année dernière, il est retourné au Cambodge pour la première fois, il appréhendait énormément ce retour, par crainte de n’y voir que de mauvais souvenirs, il a été finalement agréablement surpris. Je pense que Daniel peut être fier de son parcours, deux enfants premiers de la classe, une femme, un chouette projet entre les mains « bon c’est vrai, je suis toujours un peu trop sérieux ». Pas grave Daniel ! Merci Daniel !

Ps: Hier j’ai donné une petite interview pour l’excellente émission Mondoblog de RFI, l’occasion de rencontrer une équipe vraiment sympa qui te met à l’aise et ne te laisse pas seule avec ton casque sur la tête à bafouiller des niaiseries. Vous pouvez retrouver l’émission en intégralité sur internet et je ne savais pas mais si en France cette radio n’est pas très populaire, elle rassemble énormément d’auditeurs partout dans le monde, nice ! Merci à eux !

Une pub, une nouvelle aventure, un très grand inconnu…

juillet 28, 2011

Cela ne vous a sans doute pas échappé, depuis quelques semaines, me voilà à l’affiche d’une campagne de pub pour le samsung NX11, l’appareil que j’utilise pour prendre mes photos (et oui c’est mon mauvais profil). Peu de temps après la naissance du blog, celui ci a connu le succès que vous savez et parmi les nombreuses propositions que j’ai eu, j’en ai choisi deux, celle ci, et la collaboration avec Métro. Au début, je prenais mes photos avec le NX10 de la même gamme, et depuis j’utilise le petit dernier et vu que je n’y connais absolument rien à la photo, je vous laisse juges de son efficacité, en tout cas moi il me convient bien. Ce qui m’a plu dans ce projet c’est le fait de participer à une autre plate forme de portraits que vous trouverez ici: parlez avec vos images. En plus il y a un ami du street art et de la norules qui fait parti du site, un jour un t-shirt et qui a acheté une jolie toile d’Eva Zé.

Voilà, il fallait tout de même bien que je vous en parle depuis le temps !

Maintenant, il faut que je vous parle d’autre chose, c’est bizarre parce que, vous commencez à me connaitre, je ne parle que très très rarement de moi ici. Mais cette fois c’est important. Vous avez sans doute remarqué qu’il y a beaucoup moins de portrait sur ce blog. Alors voilà, cela fait maintenant 5 mois que je prépare doucement ma rencontre avec la plus belle des inconnues, ma fille. Je suis enceinte, et le métro devient une contrée de plus en plus lointaine et inaccessible. Déjà, je me transforme progressivement en hippo glouton et je fatigue au bout de 20 minutes. Et puis, sans doute, suis je plus concernée par mon nombril que par le reste du monde…

Par soucis d’honnêteté envers les lecteurs, avec Métro, nous avons décidé de mettre entre parenthèse notre collab le temps en gros que je vois ce que ça fait de dormir 3 heures par nuit pendant  6 mois et de sentir le vomi de nain. Nous reprendrons peut être vers fevrier 2012 incha allah. Je dois dire qu’ils ont été plus que compréhensif, et je tiens vraiment à remercier Pierre, Ari, Frederic, Marie, Alexis et tout ceux qui ont soutenu et cru en ce projet.

Le blog ne s’arrête pas, simplement et sincèrement, le rythme ne va pas beaucoup évoluer, je ne sais pas encore si je ne vais pas faire appel à d’autres plumes, d’autres regards, tout est à envisager. Je tiens juste à vous dire que même si nos petits rendez vous jusqu’ici relativement quotidien me manquent, je suis vraiment heureuse de ce qui m’arrive. Je vais arrêter là mon mélo parce que ça ne se voit pas mais ça s’embue derrière l’écran et je suis pas non plus une grosse mauviette les gars.

Alors à demain pour un nouveau portrait, good night and good luck ! Merci les lecteurs !

 

 

 

Karine

juillet 18, 2011

Karine se rend chez un acupuncteur, novice, elle en est à ses premières séances et m’assure que les aiguilles ne font pas mal. Elle va tenter de remédier à ses problèmes de sommeil. Karine est modèle pour peintre, elle travaille pour les écoles de beaux arts, les cours de dessin privés et les peintres qu’elle connaît bien. Ce travail, qu’elle exerce depuis quelques années déjà, lui permet de pouvoir continuer le chant lyrique et le piano. Après une licence en langues orientales (elle parle chinois et tibétains) et de nombreux voyages en Inde, au Népal, au Laos et dans toute l’Asie, Karine suit maintenant des cours particuliers et se produit régulièrement dans des choeurs. Ainsi si vous voulez en savoir plus sur les aventures vocales de Karine vous pouvez suivre l’actualité de l’association Evade à Montreuil ou du choeur régional d’île de france Vittoria. Au moment de prendre la photo remarque que j’aime beaucoup les couleurs vives qui tranchent sur la grisaille du métro Parisien. Mon oeil est attiré par les écharpes, les lunettes, les chapeaux, les cheveux blancs… Merci Karine !

Sylvie

juillet 11, 2011

Ca y est, je l’ai, mon portrait à la station de Roubaix Hôtel de ville ! (oui parce qu’il existe aussi une station Roubaix Charles de Gaulles et Roubaix Eurotéléport). Sylvie n’est pas du nord, elle vient d’Orléans, elle est éducatrice et rêve de trouver un poste à Grenoble pour pouvoir skier (le nord et le centre manque cruellement de montagne). A 38 ans, elle débute enfin dans le métier qu’elle a toujours voulu faire au fond d’elle sans jamais oser se lancer. Après des études de droit et presque dix ans à plus ou moins s’ennuyer dans le notariat, Sylvie a tranché entre une vie risquée et une vie pleine de regrets. Pas facile tout les jours de reprendre à zéro, de sortir de son quotidien confortable, de remettre en question toute son existence, mais Sylvie avance, et chaque pas en avant la conforte dans son choix. Depuis 3 ans, elle s’est aussi mis à la photo numérique, elle qui fait partie depuis longtemps d’une association de photo argentique a découvert qu’il ne servait à rien d’avoir un super matos pour faire de bonnes photos ! Quand elle peut, Sylvie aime faire du cheval, un excellent média éducatif avec des jeunes parfois violents, apaisés par la relation particulière qui se crée avec l’animal. Elle me donne l’exemple de ce jeune incapable de retenir sa rage et ses coups et affolé à l’idée qu’on puisse faire du mal à une bête. Pour conclure, entre deux « je ne suis pas photogénique », Sylvie aimerait que son exemple serve aux autres, quand on veut vraiment faire quelque chose, il faut y aller, au risque de passer sa vie à s’en mordre les doigts ! Merci Sylvie !

Wassyl

juillet 4, 2011

Wassyl n’a aucune envie de me regarder bêtement en attendant que je prenne ma photo, il a beaucoup de choses à me dire, et à me montrer à commencer par le guichet et la dame à qui il faut TOUJOURS dire bonjour parce qu’elle vend les tickets. Ici, c’est le train, on prend le train pour aller chez mami mais on est pas arrivé, il faut attendre un peu, chez mami, il y a un « cram » et un « buche ». Chez mami on va manger un yahourt, parce que wassyl est un garçon, pas une fille, ni un bébé, c’est pour ça qu’il mange des yahourt tout seul et quand on veut faire pipi on va aux toilettes. A l’école, wassyl fait du ménage et des jouets, mais je dois attendre avant de poser mes questions parce qu’il veut du chocolat et aussi un bisou. Wassyl habite à Tours, mais il est revenu à Paris pour le mariage de sa tante, il a porté un très beau costume gris avec des chaussures, mais il est tombé en dormant et il s’est fait mal à la tête. Wassyl aime beaucoup les « crains » et il sait très bien faire la différence entre le métro et le « buche ». Ce qu’il ne sait pas encore faire, c’est regarder un objectif sans bouger et à trois ans, c’est très bien comme ça ! Merci Wassyl !

Ps: Vous avez été nombreux à me demander ou était passé le dessin qui illustrait le blog, je ne sais pas moi même, une petite erreur technique qui sera sûrement vite réglée !

Safir

juin 27, 2011

Vous ne le savez peut être pas, mais parfois, je prends le bus. Dans le bus, je suis distinguée, les regards se tournent vers moi, une brise légère fait virevolter mes cheveux, je suis malade, j’ai la nausée, je veux ma maman, c’est une catastrophe. Aujourd’hui à l’arrêt de bus, il fait 35 degré, il n’y a personne, le bus n’arrive pas, je sais que je vais mourir. Alors dans un élan de courage et de générosité, je pense à mes lecteurs et vous présente Safir, 27 ans. Safir ne sait pas que je vais mourir mais il veut bien me parler. Il part au travail, il est animateur dans une école primaire. Aujourd’hui, il va faire très chaud et il sait que les enfants vont être vite fatigués ou déshydratés. Safir prend son métier très à coeur, il l’a choisi et déplore le regard que portent les gens sur l’animation. Les vrais animateurs ne sont pas seulement une bande de jeunes étudiants qui partent en colonie de vacances l’été, ce sont des pédagogues, des penseurs de la relation éducative en lien avec l’enfance. Chaque jour, son équipe et lui même veille à construire un programme qui favorise le développement de l’enfant et la continuité avec la vie de classe et la vie de famille. Il aimerait que son métier soit mieux valorisé notamment en ouvrant des formations plus qualifiantes. Bientôt, Safir ne s’occupera pas seulement des enfants de la primaire mais du sien, vous avez devant vous un futur papa. Du coup, un peu malgré lui, il apprend à conduire! Le week end, ou même en semaine, il aime traquer sur internet le petit concert ou la grosse soirée dubstep, electro ou hip hop et ne renie jamais un match de l’OM. Cet été vous le trouverez sur les plages de Corse et d’ici quelques années, pourquoi pas à Lyon, une ville qu’il aime particulièrement. Merci Safir !

Michel

juin 21, 2011

Michel est comptable, formateur, étudiant, voyageur, papa. Dès qu’il le peut, il part loin et seul, en septembre dernier il est retourné à Jerusalem, c’était intense, vibrant, remuant, un lieu de ressource et de méditation. Ses 4 enfants ont leurs passions à eux, Michel ne cherche pas à les influencer. Michel étudie la législation du Talmud ancestral, il apprend seul, n’est pas converti pour autant, ses motivations sont personnelles. Sur le quai, Michel m’a posé cette jolie question: « mais maintenant que je vous dis que je m’appelle Michel, je ne suis plus un inconnu? ». De plus, il est rare que Michel prenne le métro alors le RER encore moins, normalement, il reste dans Paris, d’ailleurs, il rentre chez lui, et s’en va prendre la 6 à Nation. Pour la photo, Michel me propose d’essayer avec et sans chapeau, nous garderons le chapeau, ces derniers temps je précise aux gens qu’ils n’ont pas à regarder l’objectif s’il est plus simple pour eux d’oublier ce qui se passe, une photo, c’est parfois très intrusif ! Pour finir, Michel conseille aux lecteurs de ce blog… et bien de lire, tout simplement ! Merci Michel !

Marie-Madeleine

juin 19, 2011

Marie-Madeleine sort du cinéma. Elle a été voir « Le chat du rabin » de Joan Sfar, elle est ravie, l’adaptation est réussie ! Marie-Madeleine avait apprécié la bande dessinée mais craignait que le dessin, très minutieux soit difficile à transposer à l’écran, elle a admiré la reconstitution des paysages et des perspectives, le tout en 3D. Maintenant, elle rentre chez elle profiter de son week end. Marie-Madeleine a 60 ans, elle travaille au sein de l’administration d’une grande université parisienne, elle s’occupe du service d’habilitation des diplômes, autant vous dire qu’en cette fin d’année, le travail ne manque pas. Elle a commencé par travailler pour le ministère de l’éducation nationale, puis a saisi une opportunité et n’a finalement jamais quitté les bancs de la fac !. Ce qu’elle apprécie dans son travail, c’est la grande autonomie dont elle dispose. Ceci étant, Marie-Madeleine garde en tête que le temps passe et qu’il lui faudra bientôt songer à sa retraite, elle voudrait s’engager dans une association, ne sait pas encore dans quel domaine, se laisse le temps de réfléchir. Peut être aura t’elle le temps de voyager… lorsqu’elle regarde les informations, c’est toujours la partie sur les actualités internationales qui l’intéresse, elle a suivi avec attention la révolution du printemps arabe. Dans le métro, elle aime ces moments ou, à cause d’un problème technique, les gens se mettent à parler de tout et de rien. Elle propose aux lecteurs du blog de ne pas trop s’enfermer dans les transports et de tenter à l’occasion, un brin de conversation avec son voisin ! Merci Marie-Madeleine !

Ps: Je suis en pleine recherche d’appartement, en proie à la folie générale qui s’est abattue sur l’île de France, pour avoir un toit sur la tête, il faut être prêt à entrer en guerre, à partir en croisade, à vous faire toiser des pieds à la tête, à ce qu’on vous demande la taille de pantalon de votre papa, j’en passe et des meilleures ! Bref si vous entendez parler d’un 2/3 pièces d’au moins 45m2, pas plus de 1000 euros par mois, à Paris ou pas trop loin, moi je suis preneuse. Si vous voulez me donner votre maison ou votre loft parce que je suis tellleeeeemmeeent sympa, je suis preneuse aussi. Enfin si vous voulez juste me souhaiter bonne chance c’est déjà pas si mal héhé!


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 401 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :